Bonjour Joli Monde !

Le petit mois qui vient de s’écouler depuis mon dernier post a été très riche en émotions. En effet, le 17 novembre dernier, j’ai dit oui pour le meilleur et pour le pire à Monsieur. Du coup, pas mal de choses à gérer après, beaucoup de travail et surtout la période des marchés de Noël qui bat son plein… Bref, tout cela pour expliquer un peu mon long silence. Mais maintenant, reprenons donc le cours normal des choses et des articles…

En ce moment, niveau santé, ça va bof bof. Pas tant au niveau cutané (même si j’ai un petit eczéma généralisé bien sympathique et difficile à maîtriser et un petit psoriasis qui a décidé de faire son apparition), mais plutôt d’un point de vue pulmonaire. Depuis trois semaines, grosses crises de toux, nez bouché, difficulté à retrouver ma respiration après un effort… j’en passe des vertes et des pas mûres.

Toujours est-il que lorsque j’ai vu la neige tomber sur le Jura il y a deux semaines, je me suis dit qu’il fallait absolument que l’on aille randonner avec le chéri. Oui, on est peut-être un peu étranges, mais nous ne randonnons qu’en hiver ou en tout cas par temps froid. Du coup, j’avais une grosse envie de randonner autour (ou plus justement, au-dessus) de Baume les Messieurs. Je savais que cette randonnée allait être difficile, mais je voulais la faire.

Et bien, je n’ai pas été déçue du voyage ! J’en ai chié ! J’ai sué ! J’ai toussé ! J’ai pensé plus d’une fois à abandonner ! Mais après avoir littéralement grimpé le haut de la montagne (le début du chemin étant très pentu) par -7°C, avoir pensé perdre mes poumons à mi-chemin, j’ai été éblouie par la beauté du point de vue.

C’est un peu comme un paysage hors du temps, où les 15 cm de neige qui sont tombés n’ont pas encore pris le temps de fondre. Un silence presque oppressant car la neige absorbe tous les sons. Une nature gelée, figée sous ce manteau blanc, telles des statues que seul le printemps pourra ramener à la vie. C’est un paysage à la fois magnifique, majestueux et angoissant.

Malgré le fait que nous ayons déjà réalisé cette randonnée en février dernier, le paysage était totalement différent. Et c’est ce qui est fantastique avec le Jura. D’une saison à une autre, les couleurs, les paysages, la nature changent et offrent à notre regard un point de vue tout à fait différent.

La morale de ce billet ?? Se surpasser, encore et toujours. Parfois en chier (souvent). Avoir à penser avant de partir en rando à des trucs pas très sympa (pansements pour les abcès, traitements « au cas ou »…). Parfois voir, ressentir les propres limites de son corps. Avoir mal (parfois beaucoup). Mais y parvenir cependant… Malgré la douleur, les difficultés, réussir à atteindre son objectif. Se battre, au quotidien, pour continuer à vivre. Sans laisser cette putain de maladie envahir mon quotidien.

Croyez en vous ! Soyez fier(e)s de ce que vous accomplissez ! Félicitez-vous de chaque petit pas parcouru. Et ne vous en faites pas, il sera suivi d’un autre petit pas ; et petit pas + petit pas = grand chemin ! Et pour finir, aimez-vous, prenez soin de vous <3

La plupart des photographies sont bien entendues signées l’amoureux.