Bonjour Joli Monde !

J’ai été absente ces derniers jours et je m’en excuse. La faute à cette chaleur écrasante que mon petit corps a beaucoup de mal à supporter. Mais avec les 19°C qu’il fait aujourd’hui, je me sens un peu mieux et l’inspiration est revenue.

En ce dimanche mi-gris, mi ensoleillé, je voudrais vous parler d’un concept que j’essaye de mettre en place depuis maintenant quelques temps, à savoir la cuisine zéro déchet. J’ai été très inspirée par le blog d’Alice qui défend le zéro déchet dans la vie de tous les jours. Je partage avec conviction son idée qu’il faut que l’on agisse de façon urgente pour diminuer notre consommation et surtout notre production de déchets au quotidien. Et pour cela, il convient de se rendre compte que certains de nos déchets peuvent avoir une seconde vie (oui, oui). Je vous parlerai donc de trois déchets principaux, à savoir les épluchures de fruits et légumes, les coquilles d’œufs et le marc de café.

Les épluchures de fruits et légumes

Mes parents ont la chance d’avoir un grand jardin, ce qui me permets de récolter mes propres fruits et légumes. Mais une fois que les légumes sont épluchés et cuisinés, que faire de ces déchets ? La réponse peut paraître évidente lorsque l’on habite à la campagne, mais pas forcément lorsque l’on habite en ville et qui plus est en appartement.

La première solution consiste à mettre tous ces déchets verts dans le composteur (les grands bacs en bois) de mes parents. La nature faisant bien son travail, au bout d’un certain temps, j’obtiens un super compost pour booster un peu le jardin. Cependant, avec l’amoureux, nous habitons dans un appartement, en ville. Pas de composteur en vue pour nous.

Du coup, nous avons pris contact avec le SICTOM (Syndicat Intercommunal de Collecte et de Traitement des Ordures Ménagères) de Lons le Saunier, qui finance à hauteur de 80% des lombricomposteurs pour les gens n’ayant pas accès à des composteurs classiques. Le concept ? Des bacs en plastique dans lesquels vivent des lombrics (vers de terre) qui mangent littéralement les déchets verts jusqu’à les transformer en compost super nourrissant. Les avantages ? Peu encombrant, pas d’odeurs, du recyclage utile… Cette petite chose devrait arriver chez nous à la fin de l’été.

Mais ce n’est pas la seule solution possible. En effet, je garde certains déchets verts pour en faire… des soupes ou des pestos. Ainsi, lorsque les températures commencent à chuter, rien de mieux qu’une soupe de fanes de carottes associés à quelques pommes de terre (maison) pour l’onctuosité. Concernant les fanes de radis, quelques coups de mixer, un peu d’huile d’olive, quelques pignons de pins et le tour est joué. Vous aurez alors un délicieux pesto à tartiner sur des croûtons de pain ou bien à mélanger à votre plat de pâtes.

La poudre de coquilles d’œufs

J’utilise beaucoup d’œufs. Pour mes gâteaux, pour le petit déjeuner… Bref… Je trouvais cela dommage de jeter autant de coquilles. J’ai donc fait quelques recherches pour savoir ce que je pourrais faire de tout cela. Et j’ai trouvé LA solution idéale.

Je fais sécher mes coquilles d’œufs en plein soleil après les avoir lavées. Une fois bien sèches, je les divise en deux tas. Je réduis le premier en poudre très fine que je dispose aux pieds des plants de légumes. Le résultat ? La coquille, très riche en éléments minéraux, principalement le calcium, va nourrir la terre. Un excellent engrais naturel.

Le second tas, je le broies grossièrement, de façon à garder des bords tranchants. Je dispose ces morceaux aux pieds des plants de salades. L’environnement coupant et désagréable des coquilles repoussera les gastéropodes comme les limaces et les escargots.

Le marc de café

C’est LE déchet réutilisable par excellence. Pour l’amoureux et moi qui sommes de très grands buveurs de café (nous avons opté pour un filtre réutilisable), le marc de café est présent en quantité assez importante dans notre appartement, et dans des lieux un peu atypique. Ainsi, vous en trouverez dans le frigo, dans la salle de bain, dans la cuisine…

J’utilise le marc de café dans ma routine beauté, pour réaliser un gommage doux et efficace. En effet, mélangé à un peu d’eau ou à une huile végétale pour un effet hydratant, le marc de café devient un excellent gommage. Réalisé une fois par semaine, il permet de garder une peau douce et débarrassée des peaux mortes. Je réalise également ce gommage de façon un peu plus poussée avant chaque épilation, pour favoriser l’arrachage (ouille, ça fait mal)  des poils.

Le marc de café est également un excellent absorbeur d’odeurs. Ainsi, placé frais dans une petite coupelle il permet de débarrasser le réfrigérateur de certains odeurs nauséabondes (je pense évidemment au fromage, que nous consommons en grande quantité, surtout en habitant dans le Jura). Je change la petite coupelle de marc une fois par semaine. Vous pouvez également utiliser cette technique dans les toilettes.

Pour finir, le marc de café est également un engrais très riche pour certaines plantes, et plus particulièrement pour les rosiers. Déposé à leurs pieds, il leur assurera vigueur et longévité… De quoi y réfléchir à deux fois avant de le jeter.

Et vous ? Quels sont vos bons plans pour une cuisine zéro déchet ?