Pour la lyonnaise que je suis, j’ai toujours eu un attrait particulier pour la terre au sens propre du terme. Vous savez, cette chose maronnasse dans laquelle pousse les légumes (qui a tendance à se transformer en boue ces dernières semaines à cause des quantités d’eau qui tombent). Quand j’étais gamine, j’adorais jouer dans le sable, dans la terre, faire des gâteaux de boue (je vous rassure, je me suis améliorée depuis, et je n’ai jamais intoxiqué personne).

J’ai de fabuleux souvenirs de moi gamine en train d’arracher les carottes et les radis (j’ai toujours trouvé ça génial). Et avec le temps, j’ai toujours rêvé de pouvoir cultiver mes propres légumes. Mais pour une lyonnaise, c’est un peu mission impossible.

J’avais trouvé une alternative avec le chéri près de Lyon (à Thil plus exactement). Un lieu absolument génial (Fraisochamp pour ne pas le nommer), où vous pouvez venir récolter vos fruits et légumes et où vous ne payez que la valeur des produits. Ce qui est génial, c’est que vous repartez avec des produits supers frais (puisque vous venez de les cueillir) qui ne sont pas trop chers, et en plus, pas besoin de s’occuper de désherber. Tout bénef’.

Et puis bon, la campagne, c’est joli… Cette verdure, ces fleurs, cette nature quoi… Un pur petit bout de paradis sur terre…

Lavande

Nichoir

Mais voilà, ma vie a changé depuis que j’ai appris que le poste que je convoitais avec insistance depuis des mois allait enfin être à moi (mooooon précieeeeeux). Seul hic à ma vie de citadine : je vais être obligée de bouger dans le Jura, chez mes parents. Le plus de l’histoire : ils ont un potager !!! A moi les tomates, les salades, les radis, les melons (ça, c’était l’enthousiasme avant que des trombes d’eau ne tombent quotidiennement ; aujourd’hui, se serait plutôt : « Bon, si j’arrive à avoir une tomate, je serai contente », vous avez vu, elle rosit à vue d’oeil).

Tomates (2)

De coup, en arrivant début mai chez mes parents, je me suis autoproclamée maîtresse du potager et de l’arrachage des mauvaises herbes. Le coin en était envahi et ce travail et fastidieux n’est toujours pas terminé. Du coup, j’ai repiqué, planté, semé, arrosé (mais pas trop), espacé ; je me suis cassé des ongles, fait mal au dos, eu des courbatures… mais j’ai enfin mon petit potager ! Au programme : des radis, des salades (pleeeeeeins de salades !!), des melons, des courges, des courgettes, des tomates, de la rhubarbe, des groseilles… et j’en passe.

Salade

Ce que j’aime là-dedans ? Allez me balader le matin dans mon jardin, en voir où en sont mes petits, les encourager : « Allez petit radis, tu vas pousser oui ? » (comme si un radis pouvait répondre), en prendre soin, arracher les mauvaises herbes (ce qui consiste plutôt à retourner le terrain sur 30 cm de profondeur dans mon cas… oui, je n’ai pas conscience de ma force)… et la finalité de tout : récolter le fruit de mon dur labeur et surtout, le déguster… De bonnes tomates fraiches… Des fraises sucrées comme il le faut (mais à ramasser avant que les limaces ne s’y attaquent…).

Fraises

Pour les travaux de jardinage, je suis toujours accompagnée de mes deux acolytes de chats, qui m’aident énormément (oui, oui, ils chassent les papillons ou surveillent la pousse des légumes).

Jardin (2)

Jardin (1)

Au programme d’aujourd’hui, cueillette des groseilles… Qu’est ce que j’aime ça !! C’est un calvaire à ramasser, très ennuyeux à trier, mais qu’est-ce que c’est bon… Ce que j’aime dans ces petites perles rouges, c’est leur saveur sucré et acide en même temps.

Groseilles (1)

Groseilles (2)

Groseilles (3)

Rafale

Bref. La vie lyonnaise me manquera, pour sûr, mais cette vie à la campagne me fait un bien fou. Jardiner ça fait du bien à la tête et ça permet d’évacuer les soucis du quotidien. Ca fait les muscles (j’ai de supers biceps, si, si, je vous assure) et ça permet de manger sainement des produits frais !!

Tomates (1)

Jardin (3)