Bonjour à tous !

Comme certains d’entre vous le savent, je suis infirmière depuis presque 4 ans, mais je suis également une insatiable touche à tout… Et ce tout, c’est aussi la pâtisserie. J’aime faire des gâteaux depuis que j’ai 8 ans. Bon, ok. Cela a d’abord commencé par le classique gâteau au yaourt au chocolat, en forme de nounours ou de cœur. Je le décorais avec quelques billes multicolores, et ce petit gâteau tout simple était le roi des fêtes d’anniversaire.

Et puis un jour, une de mes amies m’a offert un bon pour un atelier « Cupcakes » à Noël il y a… deux ans. J’en ai fait à toutes les sauces : au Nutella (le meilleur), à la vanille, aux fruits… Mon doudou en a mangé des cupcakes (bon, il ne se plaint pas). Ça a été la révélation. J’ai toujours aimé cuisiner, pâtisser… Et manger (hihi, surtout même). Et puis mes ami(e)s se sont mis à me « commander » des gâteaux pour des occasions particulières.

C’est là que je me suis dit : « Ma vieille, pourquoi tu n’essayerais pas de passer ton CAP de pâtisserie. Tu n’as rien à perdre, mais tout à gagner. Ça te fait un bagage en plus d’un point de vue professionnel, et en plus, c’est ce que tu aimes faire ».

Ni une, ni deux, je me suis mise au travail. Un travail pratique tout d’abord (viennoiseries, pâte à choux, entremets divers, tartes, diverses également…) mais également théorique (apprentissage sur les matières premières, le monde de l’entreprise, les règles d’hygiène en cuisine…). Et puis il y a quelques mois, je me suis inscrite au CAP de pâtisserie en candidate libre. Et aujourd’hui…. (roulement de tambours…) TADAM… J’ai reçu la convocation tant attendue !! Les épreuves auront lieu les 2, 8 et 9 juin prochains pour l’Académie de Lyon…

Du coup, petit boom de stress (l’impression de pas m’être assez préparée), et une envie irrésistible de vous faire partager une partie de mes petites préparations culinaires ! En espérant que cela vous plaise !!


Les cupcakes sont un bon départ pour apprendre à pâtisser. En plus, on peut laisser libre cours à notre créativité, et ça, c’est chouette !

PAT (4) PAT (5)

PAT (4)

Adorant les chouquettes, le second apprentissage (primordial à mes yeux) était la pâte à choux. Pas facile au premier abord, mais en réalité, c’est un coup de main à prendre.

PAT (6) Pat (10)

Sur la liste venait ensuite la difficile pâte feuilletée levée, en clair, les viennoiseries (pains au choc’, croissants…). Je vous dis pas l’odeur dans l’appart’ lors de la cuisson. Bon, elle m’a donné du fil à retordre cette pâte feuilletée levée, mais le plaisir que l’on a à manger ses propres viennoiseries fait oublier toutes les difficultés techniques précédentes.

PAT (9)

Viennent ensuite les tartes, diverses et variées, aux fruits, au chocolat, au café… Je les adore en petit gabarit. Je trouve ça trop mignon, et en plus, c’est plus facile à manger 🙂 Avec un bon café, ou un thé bien parfumé, c’est juste super !

PAT (8)

PAT (3)

La préparation du CAP de pâtisserie, c’est aussi la réalisation d’entremets, tels la feuille d’automne (le cerclage du gâteau avec la feuille de chocolat m’a donné du fil à retordre), ou encore le fraisier (fraises et framboises ramassées à la main avec amour <3 l’année dernière).

PAT (14) PAT (11)

Le plaisir de pâtisser n’est pas explicable : on aime, ou on n’aime pas. Mais préparer cet examen, c’est aussi se rendre compte que l’on s’expose à des demandes diverses et variées de la part de ses proches… pour la réalisation de gâteaux d’anniversaire à l’américaine par exemple (Rose Ombre Cake) ou de petites douceurs dominicales pour son doudou (Paris Brest et chocolat chaud maison, la chantilly itou itou).

PAT (12)

PAT (13)